Instagram

dimanche 24 juillet 2016

Rencontre avec Julie Lansom

Artisan et artiste : rencontre avec Julie Lansom, créatrice design, photographe, ses collections de lampes sont de plus en plus prisées, elle a eu les honneurs de plusieurs articles de presse et émissions, en particulier La Maison France 5 (émission du 26 Décembre 2015). Chez Bienetreaufeminin nous tenons à mettre en lumière ces femmes qui à force de courage, ténacité et talent, parviennent à concilier travail et passion et à obtenir la reconnaissance qu'elles méritent.

www.bienetreaufeminin.com
Julie Lansom photo © Amandine Paulandré


  • Julie comment votre passion pour la création de vos fameuses lampes, avec leur structure bois habillée de coton mercerisé, est elle apparue ?

J'ai créé la premières Sputnik lorsque j'ai eu besoin d'une suspension pour chez moi tout bêtement. Je ne trouvais rien qui me plaisait dans le commerce et j'ai repensé à cette lampe des années 70 que j'avais chinée quelques années auparavant et qui dormait dans un placard. Je l'avais prise avec moi ce jour-là parce que je trouvais l'idée de fils et d'encoches intéressantes, mais la lampe en elle-même était tristounette. Elle était ronde, faite de contre-plaqué marron et de fils de plastique beige. J'ai donc décidé de reprendre cette idée et d'en faire tout autre chose, en travaillant de nouvelles formes, de nouvelles matières et un nouveau tissage.



  • Pourriez vous nous dire un mot sur votre cursus scolaire ?

Je n'ai pas du tout étudié le design. J'ai fait un Master à l'Institut Français de Presse et ai travaillé en tant que pigiste pendant les premières années de ma vie active. J'ai toujours fait de la photo à côté de mes études, et ai continué en même temps que mon activité de journaliste, parfois pour illustrer mes articles.



  • La photographie semble avoir une part importante dans votre cheminement créatif. L'oeil du photographe est il nécessaire pour être un bon designer ?


La photographie est la discipline artistique que je pratique à titre personnel et professionnel depuis le plus longtemps. J'ai commencé très jeune, puis ai arrêté pendant des années pour finalement m'y remettre en 2009 et commencer à faire des photos de manière plus sérieuse. Je ne saurais pas dire si l'oeil du photographe est nécessaire pour être un bon designer, je ne crois pas. Je connais des designers très talentueux qui ne pratiquent pas du tout la photographie. Après avoir un "oeil" ou un certain regard et un goût pour l'Art est certainement essentiel, mais cela peut se traduire de beaucoup de manières. Ce qui est sûr c'est que ma pratique de la photographie et mon approche du design sont extrêmement liées et je crois qu'il y a une vraie cohérence dans l'ensemble de mes travaux.



  • Quel est l'objet ou le logo que vous auriez adoré créer ?


J'aurais adoré créer la ligne de tables basses et carrelages en marbre de Patricia Urquiola.
Je suis totalement amoureuse du marbre coloré.


  • La forme ronde ne parait pas apparaitre dans vos collections de luminaire. Est ce un choix ou êtes vous limitée par les matières employées ?


Effectivement. C'est un choix. J'avais envie de lignes et non pas de courbes pour cette collection. C'est aussi en cela que je pense que mes approches de la photographie et du design sont liés. Ce qui m'intéresse en photo, ce sont les lignes et les couleurs. C'est la même chose dans le design. Pour les corps humains, les courbes me passionnent, mais pour les objets et les paysages, j'ai une petite tendance à la ligne et au côté graphique des choses. C'est très évident dans la collection "Sputniks".


  • Pourriez vous nous citer les sites web ou pages Facebook qui vous inspirent ? 

Je ne suis pas beaucoup de pages ou sites qui regroupent le travail de personnes différentes, mais je suis le travail de certaines personnes, qui elles m'inspirent. Pour n'en citer que quelques unes : Léo Berne, Nastassia Bruckin, Melvin Israel, Zuluskaya, Carlota Guerrero, ou encore Shinotakeda, About Arianne, Debaulieu Paris... Ce sont des photographes, parfois des amis, des céramistes, des artistes contemporains, des illustrateurs mais aussi des marques de vêtements, des fleuristes, des musiciens.


  • Quelle est la photo dont vous êtes l'auteur qui est pour l'instant votre préférée ? 
© Julie Lansom


C'est très difficile comme question ! Les photos que je préfère parmi celles que j'ai prises sont forcément celles qui me tiennent le plus à coeur, dont l'instant, le sujet me sont très personnels. J'aime celle-ci parce que c'est une photo d'Amandine, une de mes meilleures amies, qu'elle a une expression que j'adore, presque agacée, qu'elle a été prise lorsqu'on était en voyage en Norvège, qu'il y avait un vent à décorner les boeufs, que ses cheveux partaient dans tous les sens... Mais il y en a beaucoup d'autres, de ma famille, de mes meilleurs amis. Les photos sont puissantes lorsqu'elles sont liées à des personnes que l'on aime ou des moments qui ont été forts ou importants. Elles sont là pour figer tout ça dans le temps et dans l'esprit. C'est là qu'est toute la magie de la photographie selon moi.







  • Quelle est la photo couleur qui vous émeut le plus ? Celle en noir et blanc ?


Ouhla, je vais en citer deux mais il y en a tellement ! J'adore cette photo de Ruben Brulat, parce que le paysage est splendide, que les couleurs sont magiques et parce qu'il y a un petit détail qui lui donne une toute autre dimension : un corps nu allongé au milieu.
© Ruben Brulat


La seconde est une photo d'un photographe islandais que j'adore, Ragnar Axelsson qui consacre sa vie à voyager et photographier l'Arctique et les pays du grand Nord. Celle-ci est me donne presque le vertige.

© Ragnar Axelsson


  • Dans la jungle des différentes type de lampes qui existent, il devient parfois ardu de réussir à créer chez soi une belle ambiance, avec une lumière douce et efficace. Pourriez vous partager quelques uns de vos conseils avec nous ?


© Julie Lansom
Tout dépend de l'ambiance que l'on veut créer mais en ce qui me concerne, je suis pour multiplier les petites points lumineux dans une pièce. Pour moi les sources de lumières doivent être multiples et douces. Le choix de l'abat-jour a un intérêt esthétique bien sûr, mais peut aussi en avoir un dans la manière de diffuser la lumière. Les Sputniks par exemple dessinent des ombres très intéressantes sur les murs et le plafond, c'est un aspect qui me parait très important. Mais au-delà de l'abat-jour, le choix de l'ampoule est essentiel. Il y a quelques règles à connaître, comme l'intensité de l'ampoule qui se mesure en watts et lumens (que je conseille généralement bas), mais aussi la chaleur de la lumière, qui correspond aux kelvins (2700k donne une lumière chaude, ce qui est toujours plus agréable selon moi). Ça paraît un peu barbare mais c'est finalement simple, et ça change tout !






  • Vous semblez mettre une part de vous dans chacune de vos lampes. Les imaginez vous parfois, sous telle et telle latitude, dans telle et telle situation ?


© Julie Lansom
Je travaille quasi uniquement en relation directe avec mes clients. Ils m'envoient des photos de leurs intérieurs, m'expliquent leurs envies, et nous on discutons ensemble et je les conseille, de la forme de la Sputnik à ses couleurs, en passant par l'ampoule à utiliser. J'aime bien l'idée que la lampe est finalement le fruit de notre collaboration, qu'elle a une part de moi en elle, mais aussi une part de l'autre personne, comme un enfant finalement !


  • Seriez vous prête à signer une collection sous votre nom pour un fabricant de grande série ?


J'ai déjà été démarchée par plusieurs éditeurs mais ce n'est pour l'instant pas une envie pour moi. j'aime beaucoup le côté artisanal des objets. J'aime faire les lampes Sputniks, y passer du temps, y laisser une part de ma sensibilité et leur donner une âme. Même pour les autres objets que je dessine, j'aime savoir qui les fabrique, dans quelles conditions et de quelle manière. Ce sont des dimensions qui peuvent un peu nous échapper lorsque l'on travaille avec des éditeurs ou de grands magasins. Peut-être qu'un jour cela se fera, mais sous certaines conditions.


  • Que pensez vous de cette citation de John Stuart Mill : "La photographie est une brève complicité entre la prévoyance et le hasard."


Les moments de grâce en photographie sont pour moi ces moments où le hasard, le naturel, l'imprévu, rencontrent la prévoyance du photographe, qui existe inévitablement puisque sans elle, il ne sortirait même pas son appareil.

© Julie Lansom
information / contact : www.julielansom.com
Print Friendly and PDF