Instagram

vendredi 24 juin 2016

Interview de Carine Larchet maquilleuse dermo-cosmétique


Dans notre série de portraits sur les personnalités inspirantes nous avons aujourd'hui le grand plaisir de rencontrer Carine Larchet, maquilleuse freelance à Paris. Carine est experte en dermo-cosmétique et maquillage correcteur, elle collabore particulièrement avec la marque La Roche Posay. Formatrice, elle anime également des conférences sur divers salons de beauté. Son parcours atypique et multi-cartes est accessible sur son site http://www.les-ateliers-du-miroir.com au design trés original.

Interview www.bienetreaufeminin.com
©Sylvie Duverneuil

  • Carine, votre vocation pour le maquillage est elle apparue trés jeune ? quelles sont les événements ou rencontres qui vous ont mis sur cette voie ?

 Certainement enfouie à l'époque elle a surgit lors de mon BTS Cosmétiques-esthétiques après une tentative en fac de Psychologie après un bac littéraire. J'aimais déjà beaucoup dessiner à l'époque. Je tenais cela de mon père. Tout comme le fait de vouloir être militaire. Mais j'ai finalement préféré le rose au kaki lol.

Ce choix de devenir maquilleuse est devenu une évidence lors d'un stage en maquillage  (qui aura duré 2 saisons...) à l'Opéra d'Avignon. Il venait faire la parfaite synthèse avec tous ce que j'aimais. La créativité artistique et le rapport à l'autre, psychologique et social  surtout au théâtre avec les comédiens.


  • Le maquillage correcteur est dédié aux personnes souffrant de problèmes de peaux handicapants, quel a été le déclic qui vous a orienté vers cette spécialisation ?


Je pense que j'avais cette vocation en moi par mon côté emphatique. Il fallait juste que je trouve un moyen de l'exprimer.
Lors de ma formation en maquillage pro, j'ai eu la chance de rencontrer Alain Bartélémy  maquilleur de cinéma qui fût à l'origine du 1er atelier de maquillage correcteur à la Roche-Posay  et qui m'y a fait m'y intéresser. Par la suite c'est Monique Sanas autre personne chère à mon coeur qui pérennisera son travail après son décès et qui me convaincra de franchir le pas pour reprendre le flambeau.
De façon plus personnelle j'ai été touchée de trés près par la souffrance  physique et psychologique de mon père psoriasique et de son impact sur sa qualité de vie.


  • Vous travaillez comme responsable de l'atelier correcteur au sein de l'association Aqualibre, financée par la station Thermale La Roche-Posay et le laboratoire La Roche- Posay. Pourriez vous nous décrire le déroulement de cet atelier ?


Cet atelier s'inscrit dans la prise en charge globale des curistes présents à la cure. Cet atelier a pour vocation d'aider les personnes touchée par des séquelles cicatricielles, des lésions affichantes ou par des effets secondaires de traitements anti-cancéreux a se réconcilier avec leur image, à retrouver l'estime de soi en améliorant leur qualité de vie.


Pour cela 3 RV à l'atelier:

1 er Rv
la prise de contact lors d'un work shop collectif au cours du quel nous abordons, la notion de mise en valeur et de bienveillance face au miroir primordiale pour un maquillage naturel et harmonieux qui valorise et non stigmatise.
Nous faisons un point aussi sur les cosmétiques, ceux qui sont adaptés ou non aux diverses pathologies. Nous terminons par une démonstration de mise en beauté rapide simple et efficace avec des produits de dermo-cosmétiques adaptés aux peaux lésées et intolérantes.

2 ème RV
Le cours individuel de maquillage d'une heure, où l'on accompagne chaque curiste par des gestes, des techniques et des produits personnalisés afin d'améliorer leur esthétique mais aussi l'image qu'ils ont  d'eux mêmes.
A l issue de ce Rv une fiche beauté où sont notées les étapes successives et les produits utilisés leur est remise.

3 ème RV
La séance d'auto maquillage.
Les curistes reviennent avec leur fiche de conseil/beauté reproduire eux même le maquillage ou  le modifier selon leur volonté.
Tous les produits et matériel sont mis à leur disposition..

Tous les ateliers Aqualibre sont accessibles aux curistes qui adhèrent à l'association .



  • Les personnes intéressées peuvent elles prendre contact avec l'association Aqualibre ? Existe-t-il des relais en région ?


Aqualibre est une association  loi 1901 à but non lucratif développée au sein de la cure thermale pour les curistes uniquement.
L'adhésion pour accéder aux prestations se fait donc dans le cadre de la cure thermale uniquement.
Cependant  la socio-esthétique et nombre d'associations assurent ces mêmes services dans différentes structures  hospitalières ou non.


  • Pour vous le soin donné à l'image de soi parait une part primordiale vers le chemin de la guérison, du mieux être. Pourriez vous nous donner un ou deux exemples concrets de personnes ayant retrouvé un état d'esprit plus positif après avoir appris les techniques du maquillage correcteur ? 


Ce qui est primordial est de retrouver sa bienveillance. En effet lorsque l'image de soi est altérée, son constat souvent démoralisant, devient le point de départ du mal être, du mal vivre, du déni, du rejet.
Cette bienveillance c'est celle qui nous dit le matin prend soin de toi tu le mérites... Tu n'es pas parfait/parfaite mais tu as quand même  de jolis yeux, de belles pommettes, un beau sourire..." Il y a toujours quelque chose de joli dans un visage et il est là le chemin vers l'optimisation de la guérison.

Ce chemin qui soudain nous éclaire et nous aide chaque jour à avancer un peu mieux, parfois aussi simple que puisse être l'acte de maquillage correcteur.
Par exemple, bien que chaque histoire soit unique et marquante, j'ai été marquée par cet adolescent venu à l'atelier.
En effet, il avait été brûlé trés jeune, et n'avait d'ailleurs connu que ce visage qui était désormais le sien. Cependant son souhait était simple " être sur la photo de classe cette année" "car finalement par principe il n'y allait jamais."
Il n'avait aucune photo de lui... À 14 ans il souhaitait faire plaisir à sa maman... En grande souffrance. On a donc trouvé le moyen pour qu'il se maquille le jour J avec le plus de naturel possible et en restant trés masculin. Pari gagné !

L'histoire de ce monsieur électrocuté qui avait été touché très sévèrement au niveau des bras et dont les greffes récentes et les cicatrices dégoutaient sont petit garçon qu'il ne pouvait plus câliner.
Nous lui avons montré comment avec un minimum de produit il pouvait estomper, dissimuler ses cicatrices, là encore pari gagné, mode câlins retrouvé...

Mais des happy end  j'en ai dans tous les coins de ma tête.





  • Traitez vous en priorité les femmes, ou bien existe-t-il également un grand besoin auprès des hommes, voire des adolescents ?

La problématique du mal être concerne tous les sexes, les âges, il est donc normal qu'aujourd'hui nous nous attardions enfin sur des techniques adaptées à chacun des besoins, c'est le but premier de mes recherches, trouver des moyens pour permettre à chacun, quel qu'il soit, d'avoir accès à la dignité avec des moyens adaptés.
Le maquillage correcteur ne doit pas être assimilé au maquillage purement féminin.
C'est pour cela que l'on distingue des corrections locales lorsqu'elles sont possibles et des corrections globale quand le sujet le permet.


  • Quelles sont les différences essentielles entre le maquillage classique et le maquillage correcteur, dermo-cosmétique ?

La cosmétique traditionnelle se destine à des utilisateurs présentant une peau saine dont la limite est la sensibilité et dont l'action des produits se limite aux couches superficielles de l'épiderme. Ce sont donc des produits d'entretien.
La dermo-cosmétique par sa charte très stricte est issue du laboratoire dermatologique avec une formulation simplifiée, sans alcool, sans paraben, limitée en conservateur et contrôlée en nickel. Elle se destine à une clientèle présentant des pathologies cutanées, de l'hypersensibilité voire de l'intolérance sans risquer de l'aggraver.
La plus forte concentration de ces produits permettant de toucher les couches profondes de l'épiderme classifie ces produits de "parapharmacie" ce qui limite donc sa diffusion au secteur pharmaceutique contrairement à la cosmétique esthétique.


  • Vous êtes une ambassadrice de la marque La Roche Posay, quelles sont les raisons de ce choix ? D'autres marques proposent elles également une gamme dermo-cosmétique intéressante ?


Finalement seuls les gros labos disposant de moyens financiers leur permettant de faire de la recherche et de prouver scientifiquement leur résultat peuvent se targuer d'appartenir à la dermo-cosmétique... Il n y en a pas tant que ça.
On distinguera la dermo-cosmétique issue du thermalisme et celle issue du laboratoire dermatologique.
Mais très peu ont ouvert la voie du maquillage correcteur.
Oui je me suis rapprochée du laboratoire La Roche-Posay, j'ai une confiance absolue en leurs produits. Il n'a pas de mal à me conquérir: leur gamme offre une vraie cohérence dans leurs produits, dans leur histoire.
Et puis surtout outre, le large panel de produits de soins, hydratants, calmants, apaisants, cicatrisants, leur gamme de produits correcteurs de teint, ils ont su promettre aux femmes dont les pathologies cutanées les ont marginalisées du marché des cosmétiques classiques, de retrouver le plaisir d'être belle de se sentir belle, en développant une gamme couleur, toujours dans le respect de l'innocuité.
Cette gamme couleur courte mais rationnelle permet désormais de rajouter à la correction, la sublimation... Essentielle à l'estime de soi et à son appréciation.


  • A l'instar de Sarah Joly que nous avions eu le plaisir d'interviewer vous avez eu l'occasion de travailler pour l'audiovisuel. Ce milieu vous manque-t-il parfois ?

Je suis toujours en service, en effet je n'ai absolument pas déserté les télés, l'évènementiel, la mode, d'ailleurs je suis aujourd'hui éditrice beauté pour un magazine de mode et d art : Vigoré! Paris et toujours en poste sur des productions.
Ces deux univers ne sont pas incompatibles mais complémentaires et créent mon équilibre.


  • Quels sont les trois produits beauté qui ne vous quittent jamais ?

Ma base hydratante (je tourne sur 3 produits en fonction des besoins)  hydréane Légère, tolériane ultra, nutritic de chez La Roche-Posay
Mon anticerne Vichy Dermablend num 45
Mon Rouge à lèvre rouge 606 de chez Kiko

  • Pourriez vous nous citer les sites web ou pages Facebook qui vous inspirent au quotidien ? 

 Alors mes coups de coeur parce que je connais toutes les super nénettes qui sont derrière
La Gazette Beauté et Rose Magazine et parce que c'est un formidable site d'inspiration sur de nombreux domaines Pinterest
             

  • Pourriez vous nous dire un mot sur une autre de vos passions ?

En fait, je ne suis pas "fan" ni passionnée ce qui mène souvent à la déraison, j'aime garder le contrôle malgré tout,  je pense être plutôt dans l'intensité. C'est finalement ce que je mets dans tout ce que j' entreprends dans ma vie personnelle et professionnelle.
Je suis sensible à de nombreux domaines, l'histoire par exemple, la déco, les fleurs, mais c'est vrai que je porte un intérêt particulier à tout ce qui touche à la médecine et la dermatologie... Comme quoi on y revient finalement.



merci beaucoup à Carine pour sa gentillesse et son éclairage avisé sur la dermo-cosmétique (merci également à Sarah pour la mise en relation). Voici ses coordonnées pour toutes questions :


Carine Larchet
Maquilleuse- freelance Paris
Formatrice-Consultante
Expert en dermo-cosmétiques et maquillage correcteur Laboratoire Roche Posay Asnières
Responsable Atelier maquillage correcteur Aqualibre Station Thermale La Roche Posay
carine.larchet@gmail.com
Print Friendly and PDF